RENCONTRE AVEC MICHEL SIMON A PROPOS DE SON ROMAN “LA VALSE DES LOUPS (ÉDITIONS LE ROBINSON)

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


Après “la valse des loups”, son 1er roman sorti en 2017 et publié aux éditions Le Robinson, Michel Simon (pseudo), policier, a mis les bouchées doubles pour trouver le temps d’entamer un 2ᵉ livre en cours d’écriture dont il garde secrètement le titre à sortir début de l’année prochaine.

Avec sa soif d’écriture et son art de narrer des histoires policières dont les sujets n’en manquent pas dans sa profession, très proches le plus souvent des histoires qui l’obsèdent en permanence et en prise avec l’humanité révoltée, violente, criminelle. l’auteur mise sur tout ce qui touche à presque tous les genres sans se conformer pour cela à aucun, comme en témoigne les réponses à l’interview qu’il a bien voulu nous accorder à ce propos lors de notre rencontre au Festival international du dessin de presse et de la caricature. Là où il était invité pour présenter son livre au public côté polars.Une première pour l’auteur de rencontrer le monde des dessinateurs et caricaturistes de presse et leur public pour une dédicace de son livre “la valse des loups”.

Mais c’est surtout la puissance imaginaire qu’on remarque tout de suite chez lui, qu’il met en avant dans la dimension de ses récits comme jeune auteur, aux influences contemporaines certes mais surtout très professionnelles, issues du terrain et de son milieu policier dont il garde tout son professionnalisme.

Entre son métier qu’il exerce et sa passion d’écrire sans économie de mots, Michel Simon, l’écrivain et romancier du “roman noir” reste toujours soucieux de mêler souvenirs et imagination, toujours décidé à relater ses expériences extirpées de son métier, marqué aussi probablement par les lectures de sa jeunesse, autre passion jamais déméritée, qui sont partie prenante de toute sa culture.

L’auteur est fin prêt pour entrer de plain pied dans la grande famille des auteurs du roman policier avec discrétion, tant il est vrai que son 2ᵉ roman qui va sortir, offrant encore des affaires bouillonnantes et scabreuses, avec ce sens du récit à lui, construit autour d’aventures et de mésaventures, est attendu très prochainement avec impatience. Comme il était présent au festival du polar de l’Estaque qu’a organisé le Fidep (Festival International du dessin de presse et de la caricature) pour sa 7è édition. Une bonne occasion pour lui de participer à une rencontre dédicace de son roman très marseillais “la valse des loups.”

En Répondant avec franchise et une grande humilité à nos questions, l’auteur nous a parlé de son métier, de ses choix d’écriture, de la ville de Marseille qui l’inspire, où la fiction et la réalité n’ont de cesse à abonder.

1/ Janapresse: Vous venez de publier votre 1er roman policier ” la valse des loups”. Comment vous est venue cette idée de récit tout à fait marseillais en prise avec le milieu de la ville ?

Michel Simon: De par mon métier et l’expérience acquise.. Et j’ y ajoute cette passion en moi pour l’écriture et la lecture sur tout ce qui relève de la criminalité au quotidien, des affaires judiciaires douteuses, de la violence. J’ai connu et rencontré des personnes dont le quotidien semblait ordinaire, mais qui en réalité menaient une vie qui l’était bien moins. Soit par les épreuves souvent douloureuses qu’ils vivaient et sur lesquelles ils n’avaient aucune prise, soit par les défis qui se présentaient à eux et dont l’issue devait assurément mener à la réussite, à la condition de faire les bons choix. Dans le premier cas “c’était la faute à pas de chance” a-t-on coutume de dire. On subit son sort et on doit souvent combattre contre soi-même afin de ne pas sombrer. Dans le deuxième cas, on vit dans l’illusion de tout maîtriser mais au moindre faux pas, à la moindre décision non adaptée à une situation donnée, tout est perdu et on ne doit alors son malheur qu’à soi-même: destins ou choix de vie? Difficile de se prononcer. Toujours est-il que de ces personnages-là, j’en ai bien connu, certains ne sont plus. Et c’est à eux que j’ai voulu rendre hommage, à ces gens qui ont subi dans la dignité, et à ceux qui ont causé leur propre perte en toute bonne foi.

2/ Janapresse : Vous avez choisi de prendre le pseudo de Michel Simon en référence à quoi? Avez-vous l’intention de le garder pour votre prochaine édition?

Michel Simon : Cela faisait quelque temps que je cherchais un pseudo mais sans savoir lequel utilisé (un vrai casse-tête), et j’ai fini par opter pour celui de Michel Simon un très grand acteur décédé en 1975 et dont j’ai revu l’un de ses films encore récemment. Quant au fait d’écrire sous ma vraie identité, je n’en ai pas vraiment envie du moins, pas pour l’instant. L’humilité fait que je ne me considère pas encore comme faisant partie des grands du polar pour m’afficher ainsi aux yeux de tous. Et je vous confirme que Michel Simon me va très bien comme pseudo.

3/ Janapresse : Vous êtes déjà dans l’écriture de votre prochain roman policier. Dites-nous un peu plus sur le sujet de ce 2è livre?

Michel Simon : Oui, en effet, je suis sur l’écriture de mon 2è roman policier. Il aura pour cadre la ville de Marseille que je connais bien, et que j’aime. Bien sûr mon personnage principal Sercy sera au centre de l’enquête avec ses ramifications qui dépasseront les frontières. j’ai découvert sur le tard cette passion d’écrire notamment du policier, de mélanger fiction et réalité en prenant comme socle l’imaginaire et en y intégrant du vécu et des expériences du terrain acquises dans mon métier de policier. De ce regard porté sur l’écriture, c’est le polar qui m’a attiré au point d’en venir à raconter des sujets. Ce livre, sous forme de journal, je l’ai dédié à ma fille en lui contant ces enquêtes au quotidien que mène le héros, mais c’est aussi un roman en hommage à certains collègues et amis (Jean- jacques, Reynald, Pascal, Jean- Paul, tous décédés pas vraiment comme on pourrait le souhaiter), pour saluer leur courage et les extraire un peu de l’oubli dans lequel une très grande majorité d’entre nous est vouée à tomber après notre mort.

4/ Janapresse : D’où vous vient alors cette passion du Polar?

Michel Simon: Tout simplement de tout ce que je vis dans mon métier de policier depuis plusieurs années, de mes lectures de romans policiers et bien d’autres lectures encore qui m’inspirent en permanence. Donc précisément et quitte à me répéter, de tout ce vécu et d’un imaginaire qui, à un moment donné va faciliter pour moi une histoire fabriquée de toutes pièces avec ses personnages et son suspens. Quant à mon roman lui-même, c’est une histoire qui tourne autour de la relation dans le travail entre deux personnes que tout oppose. Un enquêteur, un peu traîne savate qui s’intéresse de loin à ce qu’il fait, et une commissaire de police à la fois intègre et exigeante. Le premier ne la supporte pas, la fuit souvent à cause de sa réputation d’aristocrate poissarde. La seconde ne cesse de l’inciter à s’impliquer davantage dans ses investigations. C’est ainsi que le héros va alors découvrir tout au long de son travail d’enquête que la nature humaine est sans limite dès lors qu’il s’agit de plonger et de se complaire dans les abysses de l’ignominie.

5/ Janapresse : Vous êtes invité au festival du Fidep ( festival international du dessin de presse et de la caricature) pour sa 7è édition à l’Estaque Marseille qui va associer des auteurs du Polar ? Quelles sont vos impressions?

Sur ma présence au Fidep, je suis très flatté d’être invité dans ce festival qui doit sa réputation à ses activités nombreuses et au talent de tous ceux qui l’animent. Les premiers sont les caricaturistes du monde entier habitués de ces lieux historiques de l’Estaque sans oublier les organisateurs qui mettent leur passion au service de tous. Pour moi c’est une occasion unique de retrouver le public marseillais et de faire connaître mon livre avec cette histoire typiquement marseillaise qui se déroule dans cette cité phocéenne, aussi connue pour ses monuments que pour ses multiples paradoxes.Voilà pour l’essentiel, en plus de ma satisfaction d’être au milieu de ce public marseillais.

JACKY NAIDJA

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »